Leticia Zica
notre photographe

Alors que Maison Mère prend peu à peu forme et vie, nous avons déjà choisi celle qui transmettra son image et lui donnera corps. Aujourd'hui, laissez-nous vous présenter Leticia Zica, notre photographe de cœur et de talent.

Leticia Zica

Leticia Zica :
une rencontre, un partage

Nous avions besoin d'un photographe pour donner vie à l'image de Maison Mère. Nous aurions pu choisir un professionnel de l'image et de la communication. Nous avons préféré suivre notre cœur et confier notre projet à Leticia Zica, une photographe d'art au parcours passionnant et au sens esthétique fascinant. Avec elle, ce fut bien plus qu'une rencontre, ce fut un moment intense de partage, d'échange, de recherche. C'est ainsi pour nous une évidence de lui laisser libre accès aux espaces de notre Maison Mère et de la laisser exprimer tout son génie pour vous transmettre l'esprit de Maison Mère.

Maison Mère - Leticia Zica

Personnalité
et identité

Comme elle le résume elle-même, tout le travail de Leticia Zica réside en un dialogue entre les espaces et le corps. Que ce soit le sien ou celui de ses sujets, elle l'expose, le fragmente, l'amplifie, pour en saisir toute la subtilité et les facettes. L'espace y apparaît ainsi à la fois "unique et multiple, individuel et collectif", exactement comme se veut notre Maison Mère. Comme Leticia l'explique encore, elle " [...] cherche les lieux où nous vivons de différentes manières et qui pour [... elle], deviennent des états sensoriels, matériels et astraux." Des lieux exactement comme notre Maison Mère !

Maison Mère est presque prête à vous recevoir. En attendant ce jour, Leticia Zica y promène son appareil pour vous donner bien plus qu'un aperçu, un véritable morceau de l'âme de Maison Mère !

Site officiel : www.leticiazicaphotography.com
Compte Instagram : www.instagram.com/leticiazicaphotography/
Page Facebook : www.facebook.com/leticia.zica.35

Maison Mère - Leticia Zica

Leticia Zica
en 3 projets artistiques

"Les murs de notre maison pourrissent. Cette maison qui est toujours la nôtre, où nous dormons encore sur les mêmes lits, où nous buvons du café sur la même table. Alors que le mur extérieur est impeccable, l'intérieur a pourri, tout comme nos relations. Les murs ont pris une nouvelle forme, une vie indépendante de la nôtre, et ils évoluent. Nous, nous nous sommes arrêtés dans le temps, les douleurs ont été suspendues, et aujourd'hui nous avons la mémoire à retenir. Et les murs ne nous laisseront pas mentir. Le café n'a pas le même goût, la porte de la chambre est maintenant fermée avec la peur. Dans cette maison j'ai vécu 20 ans et aujourd'hui je ne la reconnais plus. Cette série fait partie de la mémoire de ma mère et de la mienne, nous avons réalisé ces autoportraits ensemble lors de mon passage au Brésil. Pendant que je quittais la maison, elle est restée. Elle est restée et a lentement regardé la décadence d'une vie. Avec un regard fatigué, la vie continue."

Par Leticia Zica

Maison Mère - Leticia Zica

"Elle flottait du haut de son ombre. Elle flottait. Les vagues caressaient ses jambes pour se cacher de la lumière. Tenue par le soleil, elle flottait dans cette étrange pièce qui n'était ni une grange ni autre chose. Une de ces pièces qui ne se décrivent jamais. On y entasse les souvenirs ou bien parfois ils s'entassent eux-mêmes. Elle flottait alors dans les souvenirs entassés comme une vague ensoleillée."

Par Herzog Lulu

Maison Mère - Leticia Zica

"Il existe un corps Jeté au monde, dans l'espace, dans le temps Un corps fragmenté, fatigué, oublié Oublié par le hasard de vivre Par l'inertie du temps Ce temps qui bouge, derrière, devant, au-dessous, en dessus Bouge, bouge, bouge Ces mouvements qui par leur rapidité se perdent, Il n'y a pas de place Il n'y a pas d'espace Il n'existe plus Un corps qui ne se supporte pas, qui essaie de survivre, qui cherche le trou noir Le trou noir SAIDA / EXIT / SORTIE Il cherche les chemins Il marche, marche, marche Il tombe par terre, mais la terre est très rigide Le corps est trop fragile pour se supporter Il dort Il respire, il ne respire plus Le sommeil devient la force, la nourriture La force est un souffle Ce souffle qui rêve, qui crève Il n'y a pas de place Ce corps qui essaye d'être Horizontal Avec le temps qui lui oblige d'être Vertical"

Par Leticia Zica